HOME       VOLUNTEER OVERSEAS       BLOGS

Monday, March 12, 2018

A Tale of Strong Women / Une Histoire de Femmes Fortes

Written and translated by Hyacinthe Kinda and Rebecca Browne. Écrit et traduit par Hyacinthe Kinda et Rebecca Browne. 
Photo credits: Eugenio Carrillo, Narra Valea, Ibrahim Sana, Daniel Akam.


C-23 celebrating Women's Day in matching 8 of March pagnes! La 23ème cohorte fête la journée de la femme avec pagnes du 8 mars!

On International Women’s Day, the team carried out three major activities. Firstly, in coordination with the town hall, we organized a litter clean-up in the center of the village. We went around the market of Reo and gathered the plastic bags, bottles and other assorted trash during the morning. Secondly, we returned to UGF and cooked a big lunch for the women as our way of showing appreciation. And finally, we returned to the center of the village to hand out condoms and pamphlets on sexual health and hygiene to women, capping off the day with a small awareness raising session on women’s rights for 20 of UGF’s employees.

Pour la journée internationale de la femme, l’équipe a mené trois activités majeures. Premièrement en collaboration avec la mairie, l’équipe a organisé une activité de nettoyage dans le centre et dans les grandes artères du village. Nous avons procédé au nettoyage du marché et de ses alentours dans la matinée en ramassant les sachets plastiques; les bouteilles et autres déchets. Dans l’après-midi, nous avons organisé une petite réception en l’honneur des femmes d’UGF et un peu plus tard dans la soirée nous avons procédé dans le centre du village à une distribution communautaire de préservatifs et de brochures sur la sante sexuelle et l’hygiène féminine, finalisant avec une sensibilisation sur les droits de la femme pour 20 employés de la CDN.

At this stage of our placement and so close to the end, the goal is to complete as much as possible of what remains of our team plan. So, we have been rushing quite a bit! In the spirit of celebrating women this 8 March, however, we decided to dedicate this post to some of the women at UGF, starting with the organization’s founder. We’ve gained -if possible- even more respect for them after interviewing them to get their stories for this post, which we’re very grateful to share here.

A ce stade du placement, l’objectif essentiel est de concrétiser et de maximiser le plus possible la réalisation du team plan. C’est donc à travers cette dynamique que toute l’équipe a abordé ce plan du placement. Cependant, dans l’esprit de fêter la journée internationale de la femme, nous avons décidé de dédier ce poste aux femmes de la CDN, pour magnifier et témoigner tout le respect et l’admiration que nous leurs portons. Nous sommes honorés de partager leurs histoires ici, commençant avec celle de la fondatrice.

We are very pleased and proud to work alongside and help these great women in their work, and to learn more about those who through their determination and strong will have made a huge difference here. Happy International Women’s Day!

Les volontaires d’ICS venant de la 23ième cohorte sont particulièrement contents et fiers de pouvoir côtoyer et aider ces grandes femmes leaders et battantes ; aux idées novatrices qui ont pu à travers une grande détermination et une forte abnégation au travail réaliser de très grandes choses. Joyeux journée international de la femme !


JACQUELINE BASSOLET


Born in 1939, Jaqueline Bassolet (maiden name Kansolé) began her career as a caregiver. Her professional life was marked by her high work ethic and her motivation to help and serve others. She quickly established herself as an important member of her community, delivering medical attention for several years. During this time, she witnessed a lot of the issues Burkinabe women faced on a regular basis in terms of poverty, lack of education and inadequate livelihoods.

Née en 1939 Mme. Jacqueline Kansolé, épousée Bassolet, a été infirmière de profession. Son parcours professionnel est teinté par son abnégation pour le travail bien fait et son éternel amour pour le prochain le tout sur une base de son professionnalisme au travail. Comme infirmière, elle a vu une grande partie des problèmes auxquels les femmes burkinabés font face tous les jours.

This drove her to start an organization that would focus on empowering women, with a special focus on widows, abandoned wives and survivors of abuse. This began as a small, informal advocacy group in Ouagadougou in 1978, which called attention to women’s rights as well as to the most prevalent problems of gender discrimination and inequality.

Assez implique dans sa communauté ou déjà elle s’est faite remarque par sa chaleur humaine elle entreprend en collaboration avec les femmes de la communauté la création d’une association qui aura pour but l’autonomisation des femmes des veuves et de la jeunesse en globale. Avec quelques collègues, elle a créé une organisation des droits de la femme à Ouagadougou en 1978.

Jacqueline became even more renowned and was later nominated for the post of commissioner for the Sanguié province. She accepted and exercised this position from 1986 to 1988 to have a greater opportunity to help different communities. She did all this whilst being married and having 9 children.

Après quelques ans, elle a reçu une nomination au poste de haut-commissaire de Réo. Elle a accepté et elle a travaillé dans ce poste de 1986 à 1988 pour pouvoir aider encore plus les communautés de Sanguié. En même temps, elle s’est mariée et elle a eu 9 enfants avec son mari.

Jacqueline returned to her work in social justice and, using the skills and knowledge she gained as a public official, founded Union des Groupements Feminins Ce Dwane Nyee (UGF/CDN) in Réo in 1991. Ce Dwane Nyee translates into “Strength through unity” in Lyélé, the province’s local language. From that moment on, she would dedicate her life to UGF and manage it until her passing in 2008.

Jacqueline est retourné ensuite pour continuer son boulot dans la justice social, et avec les compétences qu’elle a apprises en tant que haut-commissaire, elle a fondée officiellement Union des Groupements Féminins Ce Dwane Nyee (UGF/CDN) en 1991. Ce Dwane Nyee veut dire l’union fait la force en Lyélé, la langue de la province. Jacqueline dédierait sa vie à la CDN jusqu’à son décès en 2008.

UGF/CDN has since then expanded into a network of women’s rights groups, bringing together people from all over the province. It currently has little over 6,000 women employed in the production of shea seed-based goods, non-timber forest products and nutritional materials. Jacqueline’s legacy is one of great contributions, ranging from educating and improving women’s literacy, to creating job opportunities for them and developing their communities.

UGF/CDN compte avec plus de 6000 femmes regroupées en groupement et œuvrant dans la production et la commercialisation des produits dérives des noix de karité la commercialisation des produits forestiers non ligneux le séchage et la vente des fruit tropicaux. Elle a laissé un héritage indélébile se traduisant par l’alphabétisation de millier de femme la création d’emploi et l’apport en revenu conséquent a des milliers de jeune hommes et femmes. Tous traduisent à l’unanimité son leadership son dynamisme dont elle a pu faire profiter toute la communauté.

It must be said that Jacqueline had an incredible vision when she decided to set up this organization. In many parts of Western Africa, practices like FGM, levirate and forced marriage were quite common and upheld as traditional by this time, which means her work was as crucial as it was difficult. For her efforts in life, she was honored in 2008 and again in 2017 by the Circle of Cultural Leaders of Sanguié (CERCLES) in Pouni, as well as receiving special acknowledgments from the Burkinabe government. Jacqueline Bassolet is an example of what strong women can accomplish and how they can make a lasting impact in many people. In her own words: “The time for acts of charity is past, it’s time to teach women to take charge of their professional lives”. 

On doit dire que Mme Jacqueline a eu une grande vision en décidant de mettre en place cette organisation. Dans beaucoup de pays en Afrique occidentale des pratiques traditionnelles comme les mutilations génitales féminines, le lévirat et le mariage forcé étaient monnaie courantes, ce qui dénote tout l’impact, la difficulté, et la ténacité de son engagement. Pour ses efforts, elle a été honorée en 2008 puis à titre posthume en 2017 par le cercle culturel des leaders du Sanguié (CERCLES) de Pouni. Elle a reçu aussi une reconnaissance officielle du gouvernement Burkinabé. Jacqueline Bassolet est un exemple de femme forte à travers l’ensemble de ses œuvres et par l’impact qu’elle a eu sur beaucoup de personnes. Selon ses propres termes : « C’est fini la charité ; c’est le moment maintenant d’apprendre aux femmes comment prendre en charge leurs vies professionnelles ».


FATI BAYALA

Fati Bayala has been working for UGF CDN since its founding in 1991. She acts as the liaison officer between the main office and its 44 member organizations. She’s very glad to be part of an organization dedicated to improving women’s economic and social development. Fati worked alongside the founder since she first started at UGF, and attests to the impact and vision Mme. Bassolet had for the women of Réo as well as in many other parts of Burkina Faso.

Fati Bayala a commencé à travailler à la CDN depuis sa création en 1991. Elle est très fière d’être membre d’une telle organisation dédiée au développement socio-économique des femmes. Fati a travaillé aux côtés de la fondatrice depuis les premiers pas de l’UGF/ CDN et atteste que la vision de Mme Bassolet a eu un très grand impact sur la vie des femmes à Réo et dans certaines parties du Burkina.

What drew Fati to UGF CDN was its mission. Fati believes that women should be allowed the same educational and professional opportunities as men without exception, and feels that she personally owes a great deal to the organization: “It provided me with a stable job and a decent living wage, something many women in Réo still struggle to find”.

Les nobles missions de la CDN ont conduit Fati à être membre de la CDN. Fati pense que les femmes et les hommes doivent avoir droit aux mêmes opportunités sur le plan éducationnel et professionnel sans exceptions. Elle se sens personnellement redevable a l’organisation : "Elle m’a fourni un emploi stable et des conditions de vies décentes; chose que beaucoup de femmes peinent à avoir".

Fati is also a mother of 5. Many women in Burkina Faso are expected to stay at home and raise kids, but Fati saw motherhood as a motivation to work hard and provide for her sons and daughters. She says that one of her greatest accomplishments is managing to be a working mother. In Burkina Faso, it used to be controversial for a widow or a woman abandoned by her husband to support herself instead of remarrying. In some extreme cases, if a woman refused to remarry a particular man, she would lose her children and be ostracized from her community: “UGF CDN gave me the chance to be independent, and I want to help the organization in reaching others and making a difference in their lives, just as it did with me”.

Fati est également mère de 5 enfants. Beaucoup de femmes au Burkina Faso sont supposés rester à la maison et élever les enfants. Fati a su montrer que la maternité a été la motivation première pour elle dans la subvention des besoins de ses fils et filles. La plus grande de ses réalisations est de concilier le travail à la gestion des tâches familiales faisant d’elle une mère travailleuse. Au Burkina Faso il était mal perçu pour une veuve ou une femme abandonne de subvenir elle-même a es besoin au lieu de se remarier. Dans certains cas extrêmes si la femme refuse de se remarier à un homme en particulier ; elle perd ses enfants et peut être banni de la communauté :UGF/CDN m’a donné la chance d’être indépendante, et je veux aider l’organisation à faire pour d’autres ce qu’elle a fait pour moi.

To Fati, a strong woman is one who is hardworking, patient, virtuous and capable of leading others. She thinks women need education to become more influential members in their communities. Fati is also particularly inspired by UGF CDN’s coordinator, Bathionon Bahiomé: “He does a lot for the women of UGF. He makes sure we learn new business skills and that we improve our work every day”. Fati recognizes that women and men need each other’s help and that they must work together to close gender inequality gaps.

Pour Fati, une femme forte est une femme qui travaille dure ; c’est celle-là qui est patiente ; vertueuse et est capable d’être un exemple pour les autres. Elle pense que pour être influente dans leurs communautés les femmes ont besoin d’éducation. Elle est particulièrement inspirée par le coordonnateur de la CDN Bathionon Bahiome : Il fait beaucoup pour les femmes de la CDN ; il s’assure que nous ayons de nouvelles compétences et que nous améliorons notre travaille tous les jours. Elle reconnait qu’homme et femme ont besoin réciproquement l’un de l’autre et qu’ils doivent tous travailler ensemble pour qu’il n’ait plus d’inégalité fondées sur le genre.

This International Women’s Day, Fati wants women and young girls to realize that they are more than capable of becoming what they want to be. She shares an important lesson she’s learned throughout the years, which is that the world has always placed a lot of duties and responsibilities on women’s shoulders, but women have always risen to meet the challenge: “Our strength and endurance speak much louder than the injustices we face”.

Pour cette journée internationale de la femme, Fati veut que les jeunes filles et les femmes sachent qu’elles sont capables de faire plus qu’elles n’imaginent si elles le veulent. Elle nous partage une grande leçon qu’elle a apprise il y a beaucoup des ans qui est que le monde a toujours placé beaucoup de devoirs et de responsabilités sur les femmes ; mais les femmes ont toujours été capables de relever ces défis : Notre force et notre endurance sont plus expressifs que les injustices auxquelles nous faisons face.

MARIE KANZOULÉ

Marie has worked as the head of production processes at UGF CDN since 1994. What she likes the most about the organization is the opportunity it offers women to work alongside others who have faced similar struggles and hardships throughout their lives: “Sharing a work environment with people like this lets us share experiences, ideas and knowledge. We develop a strong sense of community and take care of each other”.

Marie a commencé à travailler à la CDN depuis 1994. La chose la plus important à la CDN c’est l’opportunité qui est offerte aux femmes faisant face aux mêmes réalités de travailler ensemble et d’améliorer leurs conditions de vies. Partageants le même milieu de travail, nous partageons ensemble nos expériences, idées et connaissances. Nous développons un fort sens du communautarisme, et prenons soin les unes des autres.

Marie has learned a lot with her colleagues, who inspire her to keep working hard and better herself. She is also a caring mother, and she’s driven by the well-being of her family.  Something that makes Marie very proud is the fact that she’s learned to ride a bicycle and a motorcycle. She explains that before, she would have to walk several miles every day, just to get around in Réo. But at UGF, she learned how to ride both thanks to her colleagues, and she emphasizes what an impact it’s made on her independence.

Marie a beaucoup appris avec ses collègues qui l’inspirent toujours à travailler plus et à s’améliorer. Elle est également une mère protectrice, et a toujours à l’esprit le bien être de sa famille. Ce qui rend Marie fière est le fait qu’elle est appris à faire de vélo avant de plus tard conduire une moto. Avant, elle devait marcher pendant plusieurs kilomètres chaque jour, juste pour se déplacer à Réo. À  UGF, elle a appris à faire les deux et elle remercie pour cela ses collègues. Cela a eu un très grand impact sur sa vie car cela la rendu plus indépendante.

Marie describes a strong woman as rational, selfless and patient. She believes education is what Burkinabe women need most to become leaders in their own communities: “UGF in that sense is very good. Many of the employees here learned to read and write thanks to the trainings and education the organization provides”.

Marie décrit la femme forte comme étant celle qui est réfléchie ; patiente et généreuse (pas égoïste). Elle pense que l’éducation est-ce dont les femmes Burkinabès ont besoin de plus pour être leader dans le communautaires et UGF assume pleinement cette responsabilité ; bon nombre d’employées ont appris à lire et à écrire grâce aux sessions éducatives et aux formations que UGF organise.

Marie says one of her greatest accomplishment has been raising her children: “Nothing compares to the act of shaping children into adults with all the knowledge and morals they need to be successful and good in life”. In that sense, she tries to be like UGF’s founder, Mme. Bassolet: “She was a woman who fought fiercely for her ideals. All of us here admire her”.

Pour Marie élever ses enfants est l’une des plus grandes choses qu’elle a fait dans sa vie. Rien n’est comparable au fait d’élever les enfants jusqu’à a l’âge adulte avec toutes les connaissances morales dont ils ont besoin pour réussir dans la vie. En ce sens ; elle essaie d’être comme la fondatrice Mme Bassolet. Elle était une femme qui se battait ardemment pour ses idées. Nous l’admirons toutes.

An important lesson Marie say she’s learned from female figures in her life is to always know right from wrong, so that you may always do the former.

Une leçon importante qu’elle a apprise d’une grande figure féminine dans sa vie est de toujours connaître le vrai du faux, de sorte à pouvoir toujours empreinter le droit chemin.


JEANNE KANYALA

Jeanne has been at UGF since 1999. Like many of its other members, it provided her with her first job and a living wage: “I used to stay at home and do whatever work around the house was needed, but I wanted something more”. Jeanne is in charge of selling and marketing products at UGF, and she is motivated by the idea of improving herself through her work.

Jeanne est à UGF depuis 1999. Comme la plupart des membres l’UGF, elle y a procuré son premier travail et une bonne condition de vie. Dans le temps je restais à la maison et faisait toutes les travaux domestiques mais je voulais quelque chose de plus. Jeanne est chargée de la vente et du marketing des produits d’UGF ; elle est motivée par l’idée d’amélioration de sa personne à travers son travail.

In UGF, Jeanne learned to read and write in French and Lyélé, and she also learned many things through the awareness raising sessions it regularly holds such as sexual health and general hygiene, prevention of malaria and HIV AIDS, and social justice. Jeanne is also grateful for the confidence and the skills she’s picked up while working here, particularly decision-making and public speaking.

Jeanne a appris à lire et à écrire en français et en lyélé et elle a également appris beaucoup de choses à travers les sessions de sensibilisations sur la santé sexuelle, l’hygiène en général, la prévention de paludisme et du VIH/SIDA ainsi que la justice sociale. Jeanne est très reconnaissante pour la confiance et les compétences qu’elle a pu acquérir en travaillant ici ; particulièrement dans la prise de décision et la prise de parole en public.

For Jeanne, a strong woman is one who doesn’t submit to adversities: “We know a lot of women who have been abandoned or mistreated, but they don’t let that control their lives”. Jeanne agrees that the thing that women need the most is a good education to change society, and the chance to prove themselves in professional settings.

Pour Jeanne, une femme forte est celle qui ne m’abandonne pas face à l’adversité : Nous connaissons beaucoup de femmes qui ont été abandonnée ou maltraitées mais elles n’ont pas laissé cela influencer leurs vies”. Jeanne pense que la chose la plus importante dont les femmes ont besoin est une bonne éducation pour changer la société, et la chance de pouvoir faire leurs preuves dans un milieu professionnel.

A great accomplishment for Jeanne has been saving up and buying her own motorcycle, as it allows her to be more self-sufficient: “I’ve learnt how to manage my income in order to buy and own transport for the first time, something that makes me very, very happy”.

Une grande chose que Jeanne a accompli est d’avoir pu épargner et se payer sa propre moto, ce qui lui permet d’être plus autonome. J’ai appris à gérer mes revenues pour pouvoir me payer mon propre moyen de transport et cela me rends très, très contente.

Jeanne is inspired by Mme. Bassolet and is glad to have met and worked with her: “She taught many of us here that women are anything but uncapable”. The most valuable advice Jeanne can give to young girls this 8 March is to focus on themselves and their future: “Your personal development is the main priority. Once that’s done, everything else that matters to you will naturally follow”.

Jeanne est inspirée par Mme Bassolet et est fière d’avoir pu rencontrer et travailler avec elle. Elle nous a tous appris que les femmes sont tout sauf incapables. Le conseil le plus important que Jeanne peut donner aux jeunes filles ce 8 mars est de se focaliser sur elles-mêmes et surs leurs futurs. Votre développement personnel est la priorité. Une fois que cela est fait, toutes les autres choses viendront naturellement à vous”.


These stories encompass so much of what we respect about women and why fighting for gender equality and women's rights is so important. We look forward to filling you in on our final post and closing out our last two weeks here. See you then!

Ces histoires démontrent pourquoi les femmes sont fortes, admirables et respectables, et pourquoi lutter pour l’égalité des genres et les droits de la femme est tellement important. Nous avons hâte de continuer notre boulot pendant ces deux dernières semaines et de finir le projet avec des bons esprits. À tantôt !


No comments:

Post a Comment