HOME       VOLUNTEER OVERSEAS       BLOGS

Sunday, March 19, 2017

An A – Z of life as a volunteer in Reo



      One of our many awareness raising sessions on women's rights (Photo credit: Dinu Ratnasinghe)

A-Awareness Raising-So far we have delivered six sessions, on topics such as malaria and gender equality. We have at least three more to go!
B-Bathiono-The apparent surname of 85% of the inhabitants of Réo.
C-The Coordinator-His hearty laugh will light up any drab meeting.
D-Doxycycline-The anti-malarial with some interesting side effects, e.g. vivid dreams.
E-Energisers-These “fun” games are supposed to energise the team each morning, yet usually have the reverse effect for some.
F-Fanta-The cold drink of choice after a long day’s work.
G-Goats-If you are missing your pets from home, a baby goat will always suffice.
H-Heat-The temperature has now edged into the 40°cs and it’s only going to get hotter!
I-Insects-With cockroaches, grasshoppers, flies, mosquitoes and spiders being squeamish is not an option!
J-Jeunesse-This bar has everything that a British volunteer could ask for: an owner that speaks fluent English and wards of unwanted men, WIFI, a flushing toilet and chips!
K-Katie-We are fortunate to have in our team both a Katie A and a Katie B, leading to a fair bit of confusion.
L-Laurent: Indispensable member of our team. He is fair and he don’t hesitate to give his point of view.  We call him the fluent "professor".  He has a strong work ethic and a good sense of humour.
M-Maquis-The Burkinabe word for bar, which, as you can imagine, is enjoyed by the Brits and Burkinabes alike!
N-Nassara- Anyone from abroad will often hear the word “Nassara” (meaning white person) called after them when cycling, particularly when passing groups of excited children who want to say hello.
O-Orange-The precise colour of all our clothes after just ten minutes in the dust.
P-Pagne-The material here is used to make some very funky outfits.
Q-Questionnaire-176 have been completed in the community so far. We’re planning to reach 300!
R-Rice-We eat a lot!
S-Shea Butter-The prime product of UGF/CDN.
T-Tab-eee-tah (Tabitha)-A name that no one here can pronounce, but yet still brings a great deal of joy.
U-Under the stars-Nothing beats taking a bucket shower under a blanket of stars, unaffected by the light pollution of the UK.
V-Vaccinations-Ten were required in total, making for a rather painful November and December!
W-WIFI-Well lack of WIFI to be exact.
X-Xmas-British team member Karris ran her cultural exchange session on Christmas. (I realise this is a very tenuous link to the letter X!)
Y-Yoghurt-A day is not complete without eating this delicious treat out of a plastic bag (trust me!)
Z-Zodiac-A guaranteed fixture of any Burkinabe English textbook. (Again Z is a difficult one!)


Written by Tabitha Dodd and Laurent Tougma

Version française
A -Sensibilisation : jusqu’à présent nous avons fait que six sessions sur des thèmes tels que le paludisme et le droit des femmes (l’égalité de genre surtout en milieu scolaire).
B-Bathiono : Le nom de famille de 85% des habitants de Réo apparemment.
C-Coordonnateur : son rire illumine toujours les multiples réunions au sein du groupement.
D-Doxycycline-un anti-palu avec des effets secondaires bizarres. Par exemple, des rêves très vivants. 
E- ‘’Energiser’’ ou Jeux de motivation : ces jeux amusant sont supposés motiver l’équipe chaque matin. Mais ont un effet contraire chez certains.
F-Fanta : boisson fraiche de choix après une longue journée de travail.
G-Animal :si ton animal de compagnie te manque, la vue d’un petit agneau te réconfortera toujours.
H-Chaleur : la température est d’environ 40 degrés et il continuera a devenir encore plus chaud !
I -Insectes :la situation délicate avec les cafards, les criquets, les moustiques, les mouches et les araignes n’était pas une option.
J-Jeunesse-ce bar satisfait toute demande d’un quelconque volontaire britannique :la propriétaire parle couramment l’anglais.
K-Katie : Nous sommes heureux d’avoir deux Katie dans notre groupe Katie Acheson et Katie Boon.
L-Laurent-un membre indispensable de notre équipe. Très réglo, qui n’hésite pas a donner son point de vue. On l’appelle habituellement le ’’professeur’’. Il a un bon sens de l’humour et il est très travailleur.
M-maquis : ce mot est utilisé au Burkina pour les endroit calme pour le rafraichissement.
N-Nassara. Vous entendrez souvent ce mot (qui veut dire « le blanc ») chanté par des groupes d’enfants excités qui veulent dire bonjour aux volontaires.
O-Orange :la couleur précise de tous nos habits juste après dix minutes dans la poussière.
P-Pagne : Tissu utilise ici pour fabriquer des différentes sortes d’habits. Porter directement par la plupart des femmes ici.
Q-Questionnaire:176 fiches obtenues jusqu’à présent sur 300 prévues en ce qui concerne une enquête que nous menons pour connaitre le niveau d’acceptabilité des droits des femmes dans la communauté de reo.
R-Riz : Notre nourriture presque quotidienne de tous les midis
S-Beurre de karité : le principal produit de UGF/CDN
T-Tab-eee-tah(Tabitha) : un nom très difficile dans la prononciation ici a reo mais cependant porte encore une grande part de joie.
U- UGF/ CDN (ou nous travaillons !)
V-vaccinations : les Britanniques en ont reçu dix avant de venir ici !
W-Wifi- le manque de wifi pour être précis.
X- X est trop difficile !
Y- Yaourt – La journée ne se termine pas sans manger ce délicieux régal qui est est servi dans un sachet (croyez- moi !)
Z-Zodiac : Ce mot est dans tous les cahiers de texte anglais au Burkina (il est difficule de trouver des mots pour Z! )

Ecrit par Laurent Tougma et Tabitha Dodd

Tuesday, March 7, 2017

A special blog for a special day

Salut tout le monde!

En cette spéciale journée nous vous proposons de découvrir quelques raisons pour lesquelles nous serons #HardiPourLeChangement

Veuillez suivre le lien ci-après:

https://www.youtube.com/watch?v=j-zyhBeHlBk


Hello everyone!

On this special day we would like to share with you some of our reasons to #BeBoldForChange

Please see the following link:

https://www.youtube.com/watch?v=j-zyhBeHlBk

Sunday, February 26, 2017

World Day of Social Justice

Le lundi 20 février était la Journée mondiale de la justice sociale, le thème de cette année était «Prévenir les conflits et maintenir la paix par le travail décent». La justice sociale est un principe sous-jacent à une coexistence pacifique et prospère au sein des nations et entre elles. Nous respectons les principes de la justice sociale Lorsque nous faisons la promotion de l'égalité des sexes ou des droits des peuples autochtones et des migrants. Nous faisons progresser la justice sociale en éliminant les obstacles auxquels les gens sont confrontés en raison du sexe, de l'âge, de la race, de l'ethnie, de la religion, de la culture ou du handicap.
Pour célébrer la journée, nous avons décidé d'interroger un membre du personnel de l'UGF / CDN sur les raisons pour lesquelles la justice sociale est importante pour eux. Nous avons parlé à M. Bepio Bapina, agent de surveillance et d'évaluation de la santé communautaire:
Pouvez-vous nous parler de la création d’UGF/CDN ?
«L’UGF/CDN, entendez tout simplement par-là l’Union de Groupement Féminin Ce Dwayne Nee, est une association de la société civile, qui est née de la volonté d’une femme dénommée Mme BASSOLET Jacqueline, de contribuer au développement de la province, en permettant aux femmes de s’épanouir et d’être autonome économiquement. L’idée lui est donc venue de rassembler les femmes et de commencer à travailler ensemble, en produisant du beurre de karité et en faisant le séchage des fruits et légumes. L’association a été créée en 1978 et fonctionnait juste de façon informelle, ce n’est qu’en 1991 qu’elle a été officiellement reconnue comme une association. Par la suite, il y’a eu un changement qui s’est opéré, car l’idée de Mme BASSOLET c’était d’embrasser toutes les femmes de la province, donc le noyau qui avait été au départ formé a été reproduit dans la plupart des localités dans la province du Sanguier. Dans le besoin d’agrandir cette association, elle est a changé de statut en 2000 et est devenue une « union »de plusieurs groupements.»


Selon vous, pourquoi la journée mondiale de la justice sociale est-elle importante?
«La journée mondiale de la justice sociale est une journée importante parce qu’elle permet aux populations de se rappeler que dans une société, il y’a les hommes, il y’a les femmes, il y’a les enfants, il y’a les vieux : on ne doit donc pas exclure qui que ce soit. La société souvent nous présente des situations où l’on a l’impression que ce sont les hommes qui sont beaucoup plus privilégiés par rapport aux femmes, et on voit d’ailleurs dans certains domaines de la vie qu’il y’a moins de femmes. Mais aujourd’hui comme on parle d’émancipation de la femme, on a tendance à permettre à la femme de faire ce que les hommes font comme activités ; cette journée aidera encore plus à promouvoir l’égalité des deux sexes.»
La Journée mondiale de la justice sociale a été créée en 2007 et cela a invité les États Membres à consacrer la journée à la promotion des activités nationales conformément aux objectifs du Sommet mondial pour le développement social et de la vingt-quatrième session de l'Assemblée générale. La célébration de la Journée mondiale de la justice sociale devrait soutenir les efforts déployés par la communauté internationale pour lutter contre la pauvreté, promouvoir le plein emploi et le travail décent, l'équité entre les sexes et l'accès au bien-être social et à la justice pour tous.
Comment UGF/CDN aspire-t-elle à la lutte contre les injustices sociales?
«La stratégie de lutte de l’UGF/CDN par rapport aux injustices sociales est toute simple. L’UGF/CDN considère que les femmes doivent être intégrée dans la société, pour cela il faut leurs permettre de posséder au moins certaines capacités leurs permettant de s’épanouir financièrement. L’union procède donc à des formations des femmes à la base, afin qu’elles puissent elle-même créer des activités rémunératrices ; et à travers l’alphabétisation leurs permettre de lire et d’écrire. Ensuite, elle sensibilise les femmes sur leurs droits, sur leur santé… Elle encourage également les femmes à s’impliquer dans les instances décisionnelles, c’est grâce d’ailleurs à cela qu’on a aujourd’hui [à Reo] des femmes Agents de Santé Communautaire, des femmes travaillant dans les conseils municipaux des différentes Mairies, des femmes adjointes du Maire ou même Maire.»
UGF/CDN soutient les projets des zones rurales environnantes à travers les sessions de sensibilisations sur les problèmes dont sont confrontées les populations dans cette zone, il s’agit de la malnutrition, le planning familial, le VIH/SIDA, l’hygiène, eau potable, l’excision et le paludisme.
Le programme met en emphase le pouvoir des femmes dans cette zone, en leurs donnant toutes les informations dont elles ont besoins.
Le faible taux d’alphabétisation des femmes et des filles dans cette zone, a poussé l’union à créer un programme d’alphabétisation dans les villages ou elle. Aujourd’hui, il y’a plus de 9950 participantes, qui s’étendent sur 66 villages et qui prennent part aux lessons en lyélé et en francais.
Nous espérons que cela vous a donné un aperçu du travail que l'UGF / CDN fait et l'importance de la justice sociale dans le monde. N'oubliez pas que nous avons tous un rôle à jouer dans la lutte contre la justice sociale. Que ce soit par le bénévolat, la campagne ou même commencer votre propre mouvement, la seule façon de lutter contre l'injustice sociale c’est de travailler ensemble!
Un grand merci à Mr Bapina pour sa participation!
Ecrit par Elodie et Karris 
ENGLISH
Monday 20th of February was the World Day of Social Justice, this year’s theme was "Preventing conflict and sustaining peace through decent work”. Social justice is an underlying principle for peaceful and prosperous coexistence within and among nations. We uphold the principles of social justice when we promote gender equality or the rights of indigenous peoples and migrants. We advance social justice when we remove barriers that people face because of gender, age, race, ethnicity, religion, culture or disability.
To celebrate the day, we decided to interview a member of staff from UGF/CDN on why social justice is important for them. We spoke to the Community Health Monitoring and Evaluation Officer, Mr Bepio Bapina:
Can you tell us about the creation of UGF/CDN?
“UGF/CDN, put simply is a part of the ‘Union de Groupement Féminin’ (Union of Women’s Groups) ‘Ce Dwayne Nee’ (Strength in Unity) a community association, which was created by a woman called Jacqueline Bassolet. The organisation contributed to the development of the province, by enabling women to blossom and to be economically autonomous. The idea is therefore to bring women together and working together, by producing shea butter and dry fruit and vegetables.
The association was created in 1978 and functioned informally, until 1991 when it became officially recognised as an association. After this, there was a change in the way the group was ran as Mrs Bassolet introduced the idea of embracing all the women around the province, therefore this caused the movement to be spread around the local areas of Sanguie. In order to expand the association, she changed its status in 2000 and it became a ‘union’ of several groups.”



According to you, why is the World Day of Social Justice important?
“The World Day of Social Justice is an important day because it allows people to remember that in society there are men, there are women, there are children, and there are elderly people: therefore no one should be excluded. Society often presents us with situations or you get the impression that men are much more privileged than women, and indeed, in certain areas of life there are fewer women. But today as we talk about the freedom of women, it has become more accepted for women to do the same things as men; and this day further helps the promotion of equality among the sexes.”
The World Day of Social Justice was established in 2007, this invited Member States to devote the day to promoting national activities in accordance with the objectives and goals of the World Summit for Social Development and the twenty-fourth session of the General Assembly. Observance of World Day of Social Justice should support efforts of the international community in poverty eradication, the promotion of full employment and decent work, gender equity and access to social well-being and justice for all.
How does UGF/CDN aim to tackle social injustice?
“UGF/CDN’s strategy for fighting social injustices is simple. UGF/CDN believes women must be integrated into society, however for this to happen women must be able to earn a minimum income and become financially independent. The union therefore encourages basic training for the women so that they themselves can then create income-generating activities; and through literacy enables them to read and write. Moreover, they make the women more aware of their rights and their health. They encourage equality among the women by also involving them within the decision making, it is thanks to them that today [in Reo] we have community health officers, women who work in town hall administrations, female assistants to the mayor or even a female mayor.”
UGF/CDN supports the rural areas surrounding the projects by spreading awareness on issues that affect those living in these areas. The topics include malnutrition, family planning, HIV, hygiene and sanitation, clean drinking water, female circumcision and malaria.
The programme puts emphasis on empowering the women in these areas by giving them all the information they need.
The low level of educated women and girls in the areas means the union has created a literacy programme in the villages where it works. Today, there are more than 9950 participants, spread over 66 villages, who take part in lessons in the local languages of Lyélé and French.
We hope this has brought you an insight into the work that UGF/CDN do and the importance of social justice. Don’t forget we all have a part to play in tackling social justice. Whether that is through volunteering, campaigning or even starting your own movement, the only way we can fight social injustice is together!
 A big thank you to Mr Bapina for participating!

Written by Elodie and Karris